• Actualités

Actualités

vendredi 16 avril 2010
Visite commentée et illustrée du sentier desluthiers

Un sentier historique dans la Ville

Le sentier des luthiers à Mirecourt est un parcours historique destiné à compléter la visite du musée de la lutherie et de l’archèterie françaises. A l’aide du guide « Sentier des luthiers » disponible au musée et à l’office du tourisme, le visiteur part à la découverte des nombreuses activités recouvrant la notion de « lutherie ». En parcourant, avenues, rues, ruelles et places, en traversant la rivière Madon, les plaques apposées sur les différents édifices, signalant telle ou telle activités, sont les jalons d’un parcours décliné en deux versions, « Sentier court » (environ une heure de promenade) et « Sentier long » (environ une heure trente). D’autres lieux sont indiqués « Hors sentier » mais méritent également le détour…

La création du sentier des luthiers

Le sentier des luthiers est porté par la Communauté de communes du Pays de Mirecourt.
Il est inauguré en 2006, à l’occasion des journées européennes du patrimoine avec la collaboration de nombreux musiciens réunis par Fabienne Ringenbach, professeur de violoncelle à l’école de musique de Mirecourt.
Mireille Bouvet, Conservateur Régional, Service de l’inventaire général du patrimoine culturel, Conseil Régional de Lorraine est l‘auteur d’ « Activités luthières et architecture ».
Les notices sont rédigées par Valérie Klein, conservatrice du musée de la lutherie et Isabelle Laruelle, chargée de la documentation au musée avec la collaboration d’Evelyne Bonétat, historienne locale.
La création graphique des plaques apposées sur les édifices et du livret de visite est réalisé par Pinkdesign.
Crédit photos : Centre de documentation du Musée de la lutherie

Activités luthières et architecture

L’activité luthière n’a pas façonnée à Mirecourt une architecture spécifique si on excepte les édifices liés à la pratique industrielle (Thibouville-Lamy …) et un immeuble destiné au logement collectif des ouvriers luthiers dans le faubourg Saint-Vincent. Les luthiers ont habité et travaillé dans les maisons du cœur de la cité avec éventuellement une boutique en rez-de-chaussée, séparée du logement. Le cas échéant, une remise est venue compléter la maison, empiétant sur la cour ou le jardin ; elle servait au stockage des matériaux. Rien de tout cela ne diffère de l’habitat artisanal en milieu urbain

Mais l’essor de la production au 20e siècle et la multiplication des petits ateliers avides de lumière du jour ont marqué la physionomie des façades par le percement de nouvelles baies remarquables par leur largeur qui contraste avec l’élévation stricte des fenêtres en hauteur des 18e et 19e siècle. Ces nouvelles ouvertures, situées parfois en rez-de-chaussée, sont le plus souvent au dernier niveau sous la toiture voire en lucarne. Leur forme qui empiète sur deux travées, leurs matériaux (les briques de « laitier » ou silico-calcaire, les poutrelles à profil normalisé en I servant de linteau …) les rendent immédiatement lisibles du visiteur qui prend le temps d’interroger le paysage urbain.

D’autres signes ténus montrent combien l’activité luthière est essentielle pour la cité en dépit de sa timidité architecturale : ce sont les enseignes, les décors symboliques comme les silhouettes instrumentales esquissées sur les contrevents …

Visite commentée et illustrée du sentier des luthiers

Pour débuter votre promenade, en sortant du musée, côté ville, nous vous invitons à parcourir sur votre gauche la Rue des Tanneries. Vous arrivez Place Chantaire et, à votre gauche, vous trouvez la Rue Saint Georges...

Pour la suite de la visite, allez à

Tous droits réservés © 2008-2016 - Musée de la Lutherie et de l'Archèterie Francçaises - Mirecourt - pinkdesign 2008