Actualités

samedi 15 au dimanche 30 novembre 2008
Les images de Sainte Cécile

Sainte Cécile, patronne des luthiers…

La légende

Cécile est une des saintes romaines légendaires des plus célèbres. Censée avoir vécue au premier ou deuxième siècle, elle n’apparaît dans les traditions qu’au 6e siècle. L’histoire raconte que jeune fille de la plus haute noblesse, elle est contrainte par sa famille d’épouser le noble romain Valerius alors qu’elle a fait vœu de chasteté. Elle réussit à convertir ce dernier… Mais elle refuse aussi de sacrifier aux dieux païens…
Elle est condamnée à mourir étouffée dans une chaudière. Un miracle se produit alors : elle est rafraîchie par une nuée venue du ciel. Ensuite elle est promise à la décapitation. Le bourreau, malgré trois coups violents, ne parvient pas à détacher la tête de son corps. Elle agonise ainsi mutilée pendant trois jours. On raconte que pendant son martyre elle chante les louanges de Dieu. C’est pourquoi elle devient la patronne des luthiers et des musiciens.

Représentations

L’iconographie représente différente scène de la vie de Cécile (mariage, conversion de Valerius, martyr dans la chaudière). A partir du 15e siècle, lorsqu’elle est figurée seule, Cécile reçoit de plus en plus comme attribut un instrument de musique : orgue portatif, luth, harpe, violon. Elle devient à l’époque moderne la patronne de la musique sacrée, des musiciens, des chanteurs et des fabricants d’instruments. Son culte est surtout italien ou allemand, mais en France, par exemple, la cathédrale d’Albi lui est dédiée. La fête de Sainte Cécile donne lieu à la création d'une grande variété de cartes postales dont quelques unes sont présentées au musée pour l'occasion.

La fête de Sainte Cécile à Mirecourt le 22 novembre

A partir de 1650, peu à peu les luthiers vont se placer sous le patronage de Sainte Cécile. Elle est fêtée le 22 novembre. En 1732, la signature de la charte de corporation des luthiers établit les règles qui régissent la profession.
Au 18e siècle, « la Sainte Cécile » est une fête religieuse mais c’est aussi le jour de l’élection de 6 maîtres de corporation choisis pour leurs qualités professionnelles et morales. Leur rôle consiste à surveiller les apprentissages. Ce jour là, ils font le tour de chaque atelier, examinent la production de l’année et vérifient que les instruments sont construits conformément aux règles de la corporation. Si ce n’est pas le cas, l’instrument est détruit puis brûlé. Si l’instrument est conforme, le luthier est autorisé à signer à l’extérieur.

Au 19e siècle, elle reste une fête religieuse et l’occasion d’échanges de procédés de fabrication et de commercialisation.

Au 20e siècle, la Sainte Cécile demeure une manifestation qui réunit les professionnels mais le titre de « maître » luthier n’est plus qu’honorifique. La fête devient plus mondaine. La messe de la Sainte Cécile donne lieu à un événement musical. De grands musiciens invités accompagnent la messe. Maurice Maréchal sera par exemple un de ces invités de marque. De plus, au cours de la messe un couple d’enfants issus de familles de luthiers ou de musiciens distribue à l’assistance la brioche bénite, un autre couple procède à la quête. Ce sont des rôles qui marquent les enfants choisis à chaque génération.
Des banquets continuent à rassembler les membres de la profession et favorisent les échanges professionnels.
Parallèlement, les musiciens de Mirecourt fêtent également leur sainte patronne Cécile. L’harmonie municipale, la « Cipale », arrive en cortège à l’église et intervient au moment de l’élévation pendant la messe.

Aujourd’hui, la Sainte Cécile continue à être fêtée par les luthiers professionnels français à Mirecourt.

Tous droits réservés © 2008-2016 - Musée de la Lutherie et de l'Archèterie Francçaises - Mirecourt - pinkdesign 2008