Actualités

lundi 11 juillet 2016
La nouvelle exposition du musée

UNE BALADE MÊLANT PATRIMOINE HISTOIRE, SAVOIR-FAIRE, MUSIQUE ET PLAISIR

L’objectif de la nouvelle exposition Bal(l)ade au Pays de Mirecourt est double. Il vise à valoriser la diversité des collections du musée et à raconter l’importance de l’activité luthière pour le Pays de Mirecourt. L’ensemble des oeuvres présenté dans l’exposition est issu de la collection du musée de Mirecourt.

Comme la famille Lyrique qui visite le Pays de Mirecourt par une chaude journée d’été, chacun découvre ce « village thématique », comme il le souhaite, au gré de son envie, de rues en places, à la rencontre de luthiers, d’archetiers, de fabricants d’accessoires, d’ouvriers, d’artisans, de musiciens, de marchands et de créateurs...

Plusieurs supports de découverte pour un parcours adapté à tous

- Les commentaires ou les témoignages audio pour accompagner la présentation des œuvres

- Les petits films réalisés par Baptiste Buob pour soutenir le propos Place de la transmission et des métiers, Rue des Ateliers, Place des musiciens et Place des Plaisirs

- La création sonore « Balade à Mirecourt » d’Yvain von Stebut à « déguster » Place des Plaisirs

- Les deux modules interactifs, Allée du patrimoine et Esplanade des Marchands, pour approfondir les connaissances sur le musée et le marché des instruments de musique.

- L’établi tactile Rue des Ateliers et le module consacré aux matières premières proposé Cours de Matériaux pour toucher la lutherie

- Les instruments laissés à la disposition des visiteurs à essayer et à jouer Place des Musiciens

- Pas de balade sans ballades ! Une sélection de ballades chantées ou instrumentales à découvrir Place des Musiciens et Avenue des Instruments.

Commissariat d'exposition
Valérie Klein
Scénographie et conception graphique
Valérie Klein, Anne Sophie Trivin, Emilie Vaquette
Illustrateur
Catherine Louis
Designer graphiste
Studio Pinkdesign
Montages et installations audio et audiovisuels
Emilie Vaquette, Musée de la lutherie
Création sonore
Yvain von Stebut
Créations Audiovisuelles
Baptiste Buob

mardi 10 novembre au jeudi 31 décembre 2015
CROB'ARTS DE LUTHIER

Dessins de recherche, croquis, les coulisses de l'atelier...
Un voyage dans les univers respectifs de Mylène de Baudoin, Yves- Antoine Gachet et Philippe Moneret... En bref tout ce qui se passe dans leur tête avant de réaliser un instrument !

Compris dans le billet d’entrée du musée
Mercredi, samedi et dimanche de 14h à 18h

Musée de la lutherie, Cours Stanislas à Mirecourt

mardi 02 et mardi 02 juin 2015
Fermeture exceptionnelle le 31 juillet 2015

Le musée est exceptionnellement fermé le vendredi 31 juillet 2015 de 14h à 18h.
Réouverture le samedi 1er août à 10h.

dimanche 17 mai 2015
LE POILU - LE VIOLONCELLE DE GUERRE DE MAURICE MARCECHAL

Les derniers jours.... pour découvrir cet instrument emblématique de la Grande Guerre !

Le violoncelle de Maurice Maréchal rejoindra le musée de la musique le 19 mai prochain.

Dans le cadre de l’exposition « La musique malgré tout », le violoncelle de guerre de Maurice Maréchal « le poilu », conservé au musée de la musique de Paris, est exceptionnellement exposé au musée de la lutherie de Mirecourt.

Fabriqué avec les morceaux d’une porte et d’une caisse de munition par deux territoriaux, menuisiers dans le civil, cet instrument a été joué maintes fois devant l’état-major et il porte les signatures de Mangin, Joffre, Gouraud, Foch et Pétain.

Musée de la lutherie – Cours Stanislas – 88500 MIRECOURT

samedi 12 avril 2014 au mercredi 30 décembre 2015
JUSQU'AU 30 DECEMBRE 2015 : LA MUSIQUE MALGRE TOUT

L'exposition est prolongée jusqu'au 30 décembre 2015

Dans le cadre du Centenaire de la Grande Guerre, dès 2014, les six
musées de France dans les Vosges ont choisi de s'associer à
l'École Supérieure d’Art de Lorraine - Épinal et aux éditions du Pourquoi pas pour un projet intitulé « La vie encore... » qui a obtenu le label Centenaire décerné par la Mission du centenaire de la première guerre mondiale.

Le musée avec « La musique malgré tout » propose un parcours sensible à la rencontre de musiciens et de luthiers qui pratiquent leur art et savoir-faire comme ils le peuvent, à l’arrière front ou dans les camps de prisonniers mais aussi à Mirecourt, à Paris ou en exil... Le parcours se termine par l’évocation de cette « lutherie de fortune ou de récupération» qui, aujourd’hui encore, est valorisée par certains musiciens.


Découvrez le programme
La vie encore... 6 musées dans les Vosges

lundi 31 mars au vendredi 11 avril 2014
Fermeture exceptionnelle de l'exposition !

Du lundi 31 mars au vendredi 11 avril, le musée est fermé aux visiteurs. Douze jours pour laisser le temps aux entreprises et à l’équipe d’installer la nouvelle exposition « La musique malgré tout ». Durant cette période, l’atelier du musée est ouvert aux visiteurs, soit le mercredi et le samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h. Le dimanche de 14h à 18h.

lundi 24 février 2014
DANSE ET SABOTS

Près de 12 000 visiteurs ont découvert l’exposition « Danses et sabots » ! Profitez des derniers moments car dimanche 30 mars 2014, elle laissera place, après quelques jours de montage, à la nouvelle exposition « La musique malgré tout ! ».
Dans le cadre des manifestations pour la commémoration du centenaire de la guerre 1914 – 1918, le musée a choisi de s’intéresser à la fois au luthier et au musicien et de se poser la question des conditions de la « fabrication de la musique » en temps de guerre.
Cette nouvelle exposition sera ouverte au public à partir du samedi 12 avril 2014.

dimanche 07 avril 2013 au vendredi 04 avril 2014
DANSES ET SABOTS - L'EXPOSITION

Avec Musique(s) et Danses(s),
savantes, traditionnelles ou populaires,
d’hier ou d’aujourd’hui,
d’ici ou de là bas,
du bal au ballet de cours,
de la ronde enfantine aux créations contemporaines,
pieds nus, en sabots ou en chaussons
nos corps vivent, se meuvent, se rencontrent, s’évitent, s’affrontent et s’impriment de sonorités, de mouvements, d’espaces, d’ambiances…

Ces pratiques constituent une part de notre humanité qui se transmet par une tradition le plus souvent orale, mais aussi parfois dans certains contextes culturels - comme celui des sociétés occidentales - par une tradition dite "savante" fondée sur l’écriture et, aujourd’hui, grâce aux moyens offerts par les nouvelles techniques de communication, par l’intermédiaire de captations sonores, de vidéos et de l’Internet.

L’exposition évoque ces deux univers du patrimoine immatériel que sont la musique et la danse, ce qui les réunit, ce qui les distingue.

Trois fils conducteurs accompagnent le visiteur dans sa découverte de l’exposition.

"A chaque musique, à chaque danse, ses histoires"
avec ce premier thème, accompagnons les historiens et les anthropologues, de la lyre grecque à la platine vinyle, du ballet de cour à la danse contemporaine, pour tenter de comprendre ce que nous racontent la musique et la danse ?

"Comme la musique, la danse se note, la danse s’écrit"
Dans ce deuxième thème, avec les compositeurs et les chorégraphes, nous découvrons et interrogeons les supports de transmission des œuvres.

Et dans le troisième thème "Le bal, la fête et la scène", avec les musiciens et les danseurs, regardons, écoutons et bougeons d’inouïes diversités, avec nos anciens, revivons le premier bal ; avec les jeunes générations, élargissons nos horizons sonores et chorégraphiques.

Musée de la lutherie
Cours Stanislas
Mirecourt

Pour connaître les jours et heures d'ouverture de l'exposition reportez-vous à la rubrique "infos pratiques"

vendredi 05 avril 2013 au dimanche 29 juin 2014
LUTHERIE ET INNOVATIONS

L'expo dans l'expo

Prolongation jusqu’au 29 juin 2013

De tout temps, les luthiers ont tenté d’innover, ont cherché à inventer d’autres formes et entrepris d’améliorer l’acoustique des instruments et des archets.
De ces recherches, souvent menées en collaboration avec des musiciens et des scientifiques, sont nés des instruments inédits, aux sonorités, formes et matériaux originaux.
Du 19ème siècle à nos jours, venez découvrir ces inventions, quelquefois éphémères et oubliées, reflets d’un univers en perpétuel mouvement.
C'est l'occasion de découvrir quelques instruments de la collection du musée rarement présentés et des instruments étonnants d'aujourd'hui.


Les rencontres associées

Rencontre avec les créateurs
Marianne Rouillon Bouchet, Gauthier Lpouppe, Didier Claudel, Philippe Moneret vous présentent leurs créations
Vendredi et samedi de 14h à 18h

Conférence
« L’art des violons et violons d’art » proposé par Gauthier Louppe
.
Vendredi 5 avril à 18h30
Entrée libre

Découvrez l'atelier du musée
Animations et présentation de l’atelier par Anne Sophie Benoit, luthière, et Roch Petitdemange, archetier
Samedi 6 et dimanche 7 avril de 14h à 18h

Musée de la lutherie
Cours Stanislas
Mirecourt

lundi 09 juillet au vendredi 31 août 2012
L'été au musée

Les visites guidées

Du mercredi au dimanche de 10h à 12h et de 14h à 18h
L’atelier du musée
Dans cet ancien atelier, un jeune luthier travaille devant vous et répond à vos questions.
Tarif : compris dans le billet d’entrée du musée

Les mardis à 14h30
Comprendre la fabrication
Bois, gouges, âme, hausse… autant de choses à découvrir pour mieux comprendre les métiers de luthier et d’archetier.
Plein tarif : 5€ / Tarif Réduit : 3€ / Gratuit pour les < 12 ans

Les jeudis à 14h30
Les insolites de l’exposition !
Découvrez en famille les instruments et les objets insolites de l’exposition « Luthiers, de la main à la main ».
Plein tarif : 5€ / Tarif Réduit : 3€ / Gratuit pour les < 12 ans

Les mercredis à 14h30
La balade instrumentale
Suivez le guide et découvrez les instruments du musée, parcourez le sentier des luthiers, visitez l’atelier du musée. Une petite douceur vous est proposée avant de terminer votre balade à la Maison de la Musique Mécanique.
Tarif : 7,50€ / gratuit pour les < 12 ans

lundi 09 juillet au vendredi 31 août 2012
Pour petits et grands, cet été au coeur de l'exposition...

Tous les jours, du lundi au dimanche de 10h à 12h et 14h à 18h (sauf les matins des dimanches et jours fériés)
Un livret de découverte est disponible à l’accueil, sur simple demande. Pour les plus jeunes, une malle d’instruments variés est laissée au cœur de l’exposition favorisant essais et écoute

Les lundi et vendredi du 9 juillet au 31 août, de 15h à 17h,
A-musée vous !
Au cœur de l’exposition, un animateur attend petits et grands pour toucher et jouer des instruments, écouter des contes, bricoler, dessiner, etc.
Tarif : compris dans le billet d’entrée du musée

Les 25, 26, 27 et 30 juillet à 9h, à 10h ou à 11h
Atelier « jouez du violon »
Petits (dès 5 ans) et grands, venez expérimenter le violon et en découvrir tous les aspects accompagnés d’une violoniste !
Durée : 1 heure / Tarif : 2,50€ par personne

samedi 21 janvier 2012
Une octobasse au musée !

Derniers jours !

Découvrez l’Octobasse réalisée par l’atelier Jean Jacques Pagès de Mirecourt, copiée sur le modèle de celle de Jean Baptiste Vuillaume, conservée et présentée au Musée de la Musique de Paris !
Hector Berlioz l'utilisa lors de la création de son Te Deum à Paris en 1855.

L’octobasse est le plus grand et le plus grave des instruments à cordes. Montée avec trois cordes, l’octobasse est encastrée sur un socle escabeau et, du fait de la hauteur du manche, c’est grâce à des pédales et des leviers, et non avec les mains, que le musicien agit sur les cordes.

Pour en voir un peu plus....

Musée de la lutherie
Cours Stanislas

vendredi 20 janvier 2012
Luthiers, de la main à la main

C’est à Mirecourt que se sont forgées les traditions françaises de lutherie et d’archèterie qui constituent aujourd’hui un élément essentiel du patrimoine musical et artisanal de la Lorraine. Patrimoine sous-tendu par des techniques et des valeurs qui se transmettent encore de nos jours.

« Luthiers, de la main à la main »

L’exposition explore les différentes facettes de cet univers. Du côté de l’artisan d’art - comment devenir luthier ou archetier ? copier ou s’inspirer des instruments du passé, en créer de nouveaux… pour s’adapter aux musique jouées. Du côté du musicien – apprendre, jouer et choisir son instrument… Et enfin du côté du curieux – essayer un instrument, comprendre la fabrication et découvrir l’ambiance d’un atelier… Pour les plus jeunes un livret découverte et une malle d’instruments à essayer pour les plus petits

Horaires d’ouverture :
Hors vacances : mercredi, samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h et dimanche : 14h à 18h
Vacances d’hiver : lundi, mercredi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h et dimanche : 14h à 18h
Plein tarif : 4€ / tarif réduit : 3€ / Tarif Famille : 8€/ Billet couplé avec la Maison de la musique mécanique : 6€

L'atelier du musée »

Appréciez l’ambiance de travail des luthiers de Mirecourt !
Un jeune luthier vous accompagne dans votre découverte, travaille devant vous et répond à vos questions.

Horaires d’ouverture :
mercredi, samedi et dimanche de 14h à 18h
Tarif compris dans le billet d'entrée au musée

dimanche 15 mai au dimanche 26 juin 2011
"Au rythme du monde"

Une installation d'Amélie Dubois

Bousculant nos repères visuels et sonores, secouant les frontières entre arts et technologies, Amélie Dubois explore les signes, symboles et outils que l'être humain a développé.
Le Monde (2006-2007) est une installation visuelle et sonore pour laquelle, durant un an, l'artiste a transformé, avec un logiciel, les « Une » du journal en partitions musicales. Elle a ensuite confié ces partitions à la pianiste Caroline Ly pour qu'elle les interprète librement,
et enregistre chaque jour le résultat. La présentation originale, intégrée à la scénographie du Musée de la Lutherie, permet de consulter les éditions de partitions, et d'écouter de manière aléatoire ces enregistrements.

Musée de la lutherie
Cours Stanislas
Mirecourt
La découverte de l’œuvre d'Amélie Dubois est comprise dans le billet d'entrée au musée.

vendredi 22 avril 2011
Inaugurons ensemble

Un musée pour tous
Après 3 mois de travaux d'agencement et de préprations de la nouvelle exposition, venez découvrir comment la nouvelle scénographie proposée vous offre l'opportunité de découvrir les collections du musée en regardant et en lisant, bien sûr, mais aussi en touchant, en manipulant, en essayant, en écoutant la nouvelle histoire racontée...

Luthiers, de la main à la main"
C’est à Mirecourt que se sont forgées les traditions françaises de lutherie et d’archèterie qui constituent aujourd’hui un élément essentiel du patrimoine musical et artisanal de la Lorraine. Patrimoine sous-tendu par des techniques et des valeurs qui se transmettent encore de nos jours.
L’exposition « Luthiers, de la main à la main » explore les différentes facettes de cet univers. Du côté de l’artisan d’art - Comment devenir luthier ou archetier ? Copier ou s’inspirer des instruments du passé, en créer de nouveaux pour s’adapter aux musiques jouées. Du côté du musicien – Apprendre, jouer et choisir son instrument… Et enfin du côté du curieux – Essayer un instrument, comprendre la fabrication et découvrir l’ambiance d’un atelier…

Musée de la lutherie
Cours Stanislas
Mirecourt

Ouvert tous les jours de 10h à 12h et de 14h à 18h sauf le dimanche matin

Plein tarif : 3,80 € / tarif réduit : 2,80 € / tarif préférentiel : 1,80 €

samedi 13 novembre 2010 au dimanche 02 janvier 2011
L’Ecole Nationale de Lutherie de Mirecourt fête ses 40 ans !

Les posters thématiques proposés par les élèves actuels évoquent en images les 40 ans de transmission des deux savoir-faire qui ont fait la réputation internationale de Mirecourt.

Accès libre avec le billet d’entrée du musée

mercredi 10 novembre 2010 au lundi 02 janvier 2012
« Le trafiq du Brésil » Navigateurs normands, bois-rouge et cannibales

Cette exposition dossier proposée par Jean-Marc Montaigne nous emmène à la découverte du Brésil et des relations premières entre le pays du « bois brésil » et l’occident, notamment la Normandie... Bois brésil, bois rouge ou pernambouc dont on fabrique des archets...

Accès libre avec le billet d'entrée au musée

samedi 02 au vendredi 15 octobre 2010
« Essence des Andes », les photographies de Sylvia Antony

Après plusieurs voyages en Argentine, impressionnée par la musique traditionnelle argentine, Sylvia Antony, membre du groupe musical Rosa Galana, photographie les musiciens indiens appelés « copleros y copleras », représentants d’une culture musicale ancestrale qui aujourd’hui tend à disparaître.
Tarif compris dans billet d’entrée au musée

vendredi 17 septembre au vendredi 01 octobre 2010
Elles donnent le ton !

Écoute-t-on suffisamment les femmes ?

Luthières, compositrices, interprètes, instrumentistes…
Aujourd’hui elles font résonner la « voix » des femmes sur l’ensemble de la scène musicale : classique, contemporain, jazz, hip hop, rock, électro…

Avec 9 portraits de ces femmes qui font la musique, fêtons

« LES GRANDS HOMMES » [ ou ] « quand femmes et hommes construisent l’Histoire »

A l’occasion des journées européennes du patrimoine 2010

Tarif compris dans billet d’entrée au musée

Illustration : Emmanuelle Bertrand, violoncelliste, Photo Jean Philip Voidet

vendredi 07 au lundi 31 mai 2010
Guitares / L'expo dans l'expo

DERNIERS JOURS !

Sorties des collections du musée, prêtées par des collectionneurs, les guitares envahissent les vitrines du musée !

Les vieilles dames tranquilles du 19e siècle...

GUITARE CHARLES JOSEPH MARCHAL (1763 – 1838)

Charles Joseph Marchal est né à Remicourt (petit village proche de Mirecourt) le 17 juillet 1763. Il est inscrit comme luthier lors de son mariage à Mirecourt en 1786. Il figure comme tel sur le registre des contribuables en 1786 et 1787. Le 18 octobre 1809, il est témoin au mariage de Pierre Bruno Petitjean et 10 ans plus tard épouse sa sœur aînée. Collection Musée de la lutherie. Acquisition 2009

GUITARE BLAISE MAST

Guitare fabriquée aux environs de 1800 par Blaise Mast, luthier à) Mirecourt. Collection Musée de la lutherie. Acquisition 1997

GUITARE JEAN JOSEPH COFFE (1799 – 1881)

Jean Joseph Coffe est né à Mirecourt le 25 juin 1799. Facteur de guitare, il signe parfois "COFFE-GOGUETTE" accolant, selon la coutume locale, le nom de son épouse au sien. Il participe aux expositions du commerce et de l'industrie à Paris. En 1834, il remporte une mention honorable et une médaille de bronze en1839. On ne sait à quelle date il part s'installer comme marchand d'instruments à Bayonne, dans les Pyrénées-Atlantiques. Il meurt au cours d'un voyage à Mirecourt le 6 septembre 1881.
Les guitares de Jean Joseph Coffe sont toujours appréciées par les guitaristes contemporains. Citons David Garciarena, guitariste français qui joue sur une Coffe-Goguette de 1840. Avec Eric Sobczyk, il propose un duo de guitares romantiques pour restituer l'univers sonore original de la guitare romantique (instruments et répertoires). Citons également Josiane Spinosi, guitariste française, qui joue sur une Coffe-Goguette de 1830 au sein du Duo Spinosi qu’elle forme avec son mari. Depuis 1999, ils jouent la musique d’avant 1850 sur deux guitares romantiques, une Lacôte de 1824 et la Coffe-Goguette de 1830. Collection Musée de la lutherie. Acquisition 2009

GUITARE GEORGES WARNAECKEL

Luthier probablement originaire d’Allemagne, établit à Nancy dans la première moitié du 19e siècle. Cette guitare porte une étiquette ovale imprimée sur le fond qui indique : “WARNECKE / Facteur de Pianos Forte/ Breveté par le Roi / Rue de l’Esplanade N°21 / à Nancy / tient toutes sortes d’Instrumens de Musique”. Collection Musée de la lutherie. Acquisition 1997

Pour compléter une jeune dame classique et acoustique


GUITARE CLASSIQUE RENAUD COLLE

Fabriquée selon un modèle personnel en érable et épicéa, vernis au tampon. Guitare réalisée en 2009

Et les jeunes plus bruyantes du 20e siècle...

RÉSONATEUR REGAL, TYPE DOBRO 1930

Dans les années 20, la plupart des fabricants réagirent à la demande de guitares plus puissantes en construisant des guitares à cônes de résonance en aluminium, à caisse en bois ou en aluminium, produisant un son aigre et puissant. Elles étaient souvent utilisées en slide (en frottant les cordes avec une bouteille ou un tube en métal) par les bluesmen. Collection particulière


GUITARE HAWAÏENNE LOUIS PATENOTTE 1930

Les luthiers Patenotte sont installés à Mattaincourt (village voisin de Mirecourt) et fabriquent principalement des guitare et mandolines. Sur le fond de l'instrument, une étiquette imprimée indique “guitare Gelas / breveté S.G.D.G en France et à l’étranger / J.R. Paris/n°1466 Gelas (manuscrit) - 1930” et signature sur la table en creux : “Gélas”. Cette guitare serait une invention de marins portugais, qui aurait ensuite diffusée aux Etats Unis et en Europe. Parmi les prétendants au titre d'inventeur de la technique de jeu "steel guitar", se trouve Joseph Kekuku, d'Hawaï. La guitare et la musique hawaïenne sont présentées le 20 février 1915 à la Panama-Pacific International Exposition de San Francisco. Elle influence notamment les musiciens et luthiers de la côte Ouest américaine et à tout premier titre, Christopher Knutsen et Hermann Weissenborn qui en fabriqueent à partir des années 1915. Les termes anglais "steel guitar", "lap style" ou "lap guitar" sont indifféremment utilisés pour désigner le jeu à plat, à la manière hawaïenne. Le son nouveau de la guitare steel hawaïenne va se répandre dans le monde entier. Collection Musée de la lutherie, acquise en 1989


GUITARE JAZZ ACOUSTIQUE RENE GEROME 1947, EQUIPEE D’UN MICRO STIMER ET L'AMPLIFICATEUR STIMER

Modèle unique, créé par René Gérôme (1884 -1968), luthier à Mirecourt, à la demande d’Ottorino Fornasieri (1915 – 1989), musicien de bal nancéen du 20ième siècle. La guitare : Collection Musée de la lutherie. Acquisition 2004 / l'amplificateur : collection particulière

FENDER MUSICMASTER 1958

Fender s’intéressant aux guitaristes débutants, la compagnie lança en 1956 des modèles bon marché, la Duo Sonic et la Musicmaster. Fabriquées avec les mêmes matériaux que les illustres Telecaster et Stratocaster, ces guitares constituent un excellent compromis. Collection particulière

EPIPHONE TEXAN FT 79 1963

Après le rachat de la marque Epiphone par Gibson en 1957, toutes les Epiphones furent fabriquées par Gibson jusqu’en 1970, ce qui constituait un gage de qualité pour un prix très inférieur. Les Epiphones de cette période sont donc d’excellents instruments. Paul Mc Cartney a popularisé ce modèle dans les années 60, enregistrant toutes les parties acoustiques des chansons des Beatles sur cette guitare. Collection particulière

DANELECTRO CONVERTIBLE 1966

Dans les années 50, Danelectro fut chargé de produire des guitares pour SEARS, l’équivalent aux USA de La Redoute. Utilisant des matériaux bon marché comme l’isorel ou des micros fabriqués à partir de tubes de rouge à lèvres, les guitares Danelectro fonctionnaient étonnamment bien. Collection particulière


GRETSCH CHET ATKINS TENNESSEAN 1967

Les guitares Gretsch étaient dans les années 30 et 40 plutôt utilisées par les jazzmen. Puis à partir des années 50, les musciens de country et de rockabilly s’intéressèrent à ces modèles. Dans les années 60, la Tennessean fut popularisée par George Harrisson des Beatles. Collection particulière

FENDER STRATOCASTER 1967

Créée en 1954 par son génial inventeur Léo Fender, ses formes futuristes s’inspiraient des voitures des années 50. En 1967 elle faillit disparaître car son look était passé de mode, mais grâce à un jeune et talentueux guitariste qui l’utilisait d’une manière révolutionnaire, ses ventes reprirent dès 1968. Ce guitariste s’appelait Jimi Hendrix.
Collection particulière

Et pour revenir à Mirecourt

GUITARE JAZZ MANOUCHE PHILIPPE MONERET

Guitare fabriquée en 1996 sur un modèle de Lucien Gérôme. Ce modèle est joué par de nombreux solistes de jazz tels que Samy Dossat, Jean Yves Dubanton, Patrick Chaussois et Djavolo Schmitt. Collection Philippe Moneret

vendredi 02 avril au lundi 03 mai 2010
Prolongation : l'expo dans l'expo : Des vielles à roue fabriquées à Mirecourt ?

L'exposition est prolongée jusqu'au 3 mai... Profitez-en !
A l'occasion de la rencontre du 11 avril avec Bernard Kerboeuf, luthier qui fabrique des vielles à roue, les vielles du musée sortent de leur réserve... accompagnées de quelques instruments prêtés par des particuliers. A découvrir !

Au musée de la lutherie
Tarif compris dans le billet d'entrée au musée
Plein tarif : 3,70 € / Tarif réduit : 2,70 €

samedi 06 février au samedi 06 mars 2010
plug in

Le travail de Benjamin Dufour met en scène des notions communes aux arts sonores et aux arts plastiques, telles que le rythme, l’espace ou encore le temps qui se traduisent dans des formes vidéographiques, sculpturales ou architecturales. L’artiste propose ici un parcours qui nous mène à la découverte de ses œuvres. Un dispositif à la fois ludique et ingénieux intégré à la scénographie du Musée et donc spécialement conçu pour celui-ci. Une proposition originale à écouter et regarder, qui suscite déjà notre curiosité.

Coproduction Musée de la lutherie et Fonds Régional d’Art Contemporain de Lorraine

Plein tarif : 3,70 € / Tarif réduit : 2,70 €

samedi 06 juin au jeudi 31 décembre 2009
Transmission(s)

La nouvelle exposition du musée à découvrir

Entre l’école, l’apprentissage puis le travail à l’atelier, comment devient-on luthier ou archetier ?
Que se transmet-on : un savoir-faire, du bois, des outils, un atelier, des marques, des enseignes, des réputations... ? Partant de quelques parcours professionnels originaux, on découvre les hommes qui ont fait de Mirecourt, le berceau de la lutherie et de l’archèterie françaises.

vendredi 15 mai 2009
Derniers jours pour "en avant la musique".... Quelques jours de fermeture et voici la nouvelle exposition du musée...

L'exposition "En avant la musique" se termine le 24 mai.

Le musée sera fermé les 25, 26 et 27 mai.

Dès le 28 mais vous pourrez découvrir "Transmission(s)" la nouvelle exposition du musée.

samedi 17 janvier au vendredi 27 février 2009
En avant la musique : les nouvelles acquisitions du musée

Découvrez trois des nouvelles acquisitions du musée :
- le violon de Jean Bauer
- le nickelharpa de Jean-Claude Condi
- les photographies de l'atelier Gérôme réalisées par Oreste Unfer

Les deux premières ont bénéficié du soutien financier de l'Etat et de la Région Lorraine dans le cadre du Fonds Régional d'Acquisition pour les Musées (FRAM).

samedi 15 au dimanche 30 novembre 2008
Les images de Sainte Cécile

Sainte Cécile, patronne des luthiers…

La légende

Cécile est une des saintes romaines légendaires des plus célèbres. Censée avoir vécue au premier ou deuxième siècle, elle n’apparaît dans les traditions qu’au 6e siècle. L’histoire raconte que jeune fille de la plus haute noblesse, elle est contrainte par sa famille d’épouser le noble romain Valerius alors qu’elle a fait vœu de chasteté. Elle réussit à convertir ce dernier… Mais elle refuse aussi de sacrifier aux dieux païens…
Elle est condamnée à mourir étouffée dans une chaudière. Un miracle se produit alors : elle est rafraîchie par une nuée venue du ciel. Ensuite elle est promise à la décapitation. Le bourreau, malgré trois coups violents, ne parvient pas à détacher la tête de son corps. Elle agonise ainsi mutilée pendant trois jours. On raconte que pendant son martyre elle chante les louanges de Dieu. C’est pourquoi elle devient la patronne des luthiers et des musiciens.

Représentations

L’iconographie représente différente scène de la vie de Cécile (mariage, conversion de Valerius, martyr dans la chaudière). A partir du 15e siècle, lorsqu’elle est figurée seule, Cécile reçoit de plus en plus comme attribut un instrument de musique : orgue portatif, luth, harpe, violon. Elle devient à l’époque moderne la patronne de la musique sacrée, des musiciens, des chanteurs et des fabricants d’instruments. Son culte est surtout italien ou allemand, mais en France, par exemple, la cathédrale d’Albi lui est dédiée. La fête de Sainte Cécile donne lieu à la création d'une grande variété de cartes postales dont quelques unes sont présentées au musée pour l'occasion.

La fête de Sainte Cécile à Mirecourt le 22 novembre

A partir de 1650, peu à peu les luthiers vont se placer sous le patronage de Sainte Cécile. Elle est fêtée le 22 novembre. En 1732, la signature de la charte de corporation des luthiers établit les règles qui régissent la profession.
Au 18e siècle, « la Sainte Cécile » est une fête religieuse mais c’est aussi le jour de l’élection de 6 maîtres de corporation choisis pour leurs qualités professionnelles et morales. Leur rôle consiste à surveiller les apprentissages. Ce jour là, ils font le tour de chaque atelier, examinent la production de l’année et vérifient que les instruments sont construits conformément aux règles de la corporation. Si ce n’est pas le cas, l’instrument est détruit puis brûlé. Si l’instrument est conforme, le luthier est autorisé à signer à l’extérieur.

Au 19e siècle, elle reste une fête religieuse et l’occasion d’échanges de procédés de fabrication et de commercialisation.

Au 20e siècle, la Sainte Cécile demeure une manifestation qui réunit les professionnels mais le titre de « maître » luthier n’est plus qu’honorifique. La fête devient plus mondaine. La messe de la Sainte Cécile donne lieu à un événement musical. De grands musiciens invités accompagnent la messe. Maurice Maréchal sera par exemple un de ces invités de marque. De plus, au cours de la messe un couple d’enfants issus de familles de luthiers ou de musiciens distribue à l’assistance la brioche bénite, un autre couple procède à la quête. Ce sont des rôles qui marquent les enfants choisis à chaque génération.
Des banquets continuent à rassembler les membres de la profession et favorisent les échanges professionnels.
Parallèlement, les musiciens de Mirecourt fêtent également leur sainte patronne Cécile. L’harmonie municipale, la « Cipale », arrive en cortège à l’église et intervient au moment de l’élévation pendant la messe.

Aujourd’hui, la Sainte Cécile continue à être fêtée par les luthiers professionnels français à Mirecourt.

vendredi 19 septembre au mercredi 31 décembre 2008
"En avant la musique : Les guitares romantiques"

Jusqu'à la fin de l'année les guitares romantiques de la collection du musée sont à l'honneur, venez les découvrir !

A l'occasion de la sortie du livre CD où sont présentées et enregistrées trois d'entre elles, en vente au musée au prix de 30 €

dimanche 18 mai 2008
En avant la musique

Renouvelée chaque année, l’exposition offre l’opportunité de découvrir de nouvelles thématiques développées à partir des collections du musée. Thématiques ancrées localement qui rayonnent plus largement sur le monde, au grès du cheminement des instruments et des musiciens…

Les instruments de musique cordes saisis à différentes époques,leurs formes originales pour des styles musicaux spécifiques : A chacun son style : violons, guitares, mandolines…

Fabriqués artisanalement, hier ou aujourd’hui, en atelier, observons le geste et l’outil du luthier et de l’archetier… Complémentaires : « L’archet, c’est le violon » nous dit Viotti (1755-1824)…

Fabriqués en quantité industrielle chez Thibouville- Lamy, Laberte et Couesnon, trois fabriques qui marquent l’histoire économique locale pendant environ un siècle (1860 – 1960)…

Deux violonistes, un altiste et un violoncelliste
pour interpréter ensemble le quatuor, la forme qui accompagne l’histoire de la musique occidentale…

En avant la musique !
Et même les petits ont leur espace « touche à tout »

Tous droits réservés © 2008-2016 - Musée de la Lutherie et de l'Archèterie Francçaises - Mirecourt - pinkdesign 2008